Quelle est la stratégie d'EDF ?



Comment EDF, ancien fournisseur historique d’électricité français, envisage-t-il la poursuite de ses activités à présent que le marché s’est ouvert à la concurrence ? Quelle est sa stratégie pour l’avenir ? Sur le plan environnemental ? International ? Technologique ? Dix ans après la libéralisation du marché, le groupe de Jean-Bernard Lévy est toujours le N°1 dans la fourniture d’électricité en France, malgré les écarts de tarifs avec ses concurrents les fournisseurs alternatifs. Un succès qu’il doit en grande partie à sa notoriété, mais également à une stratégie bien pensée. Décryptage.



Performance et responsabilité



Votée en 2015, la loi sur la Transition Énergétique a forcé EDF à revoir sa stratégie à long-terme concernant le développement de son parc nucléaire, actuellement composé de 54 réacteurs, qui produit 75 % de l’électricité nationale, en prolonger la durée de fonctionnement de 10 ou 20 ans, et assurer la relève avec des EPR. Autre événement majeur : la catastrophe de Fukushima en 2011, qui a forcé l’ex-opérateur national à revoir et renforcer l’intégralité des mesures de sécurité de son parc nucléaire.





EDF joue la notion de proximité avec les clients. Dans le contexte actuel, il s’agit d’abord aider les ménages à mieux consommer, à comprendre et à maîtriser leur facture énergétique. Un des axes majeurs de la stratégie d’EDF consiste pour le groupe à profiter de l’engouement que provoquent les nouvelles technologies et les objets connectés, et de parvenir à de les adapter à son activité. L’objectif ? Créer de nouvelles solutions compétitives décentralisées, de nouveaux services énergétiques personnalisés et des réseaux intelligents. C’est chose faite avec le lancement sur le marché d’innovations comme la SmartFlower, la fleur solaire photovoltaïque, Sowee, la filiale conçue et développée pour aider les particuliers à mieux piloter leur consommation d’énergie.



fixation-panneau-solaire.fr

L’efficacité énergétique est donc la pierre angulaire de ce pilier stratégique. Elle s’appuie notamment sur le compteur communicant Linky dont le déploiement par Enedis dans tous les foyers français fait encore polémique. Associé aux objets connectés dans la maison, celui-ci ouvre la voie à de nouveaux services numériques, dont e.quilibre est le premier élément. Sur ce point, EDF ne cantonne pas ses services aux particuliers : le fournisseur accompagne également les entreprises et les collectivités locales dans leur transition énergétique.



L’implantation à l’international



EDF souhaite se déployer à l’international tout en confortant ses positions en Europe. Pour cela, le groupe mise sur ses solutions bas carbone dans les pays en voie de développement.

Acteur majeur des énergies renouvelables et du nucléaire en Europe et à l’international, le groupe s’est fixé pour objectif d’accroître la part de l’international d’ici à 2030. Il entend le faire en s’imposant comme un acteur de référence dans 3 à 5 pays et en développant une présence significative dans une dizaine de pays. Seront concernées : les activités de production décarbonée, les services énergétiques, l’ingénierie et le trading.